« Il y’a plusieurs paramètres qui peuvent influencer le choix d’un contraceptif »

« Il y’a plusieurs paramètres qui peuvent influencer le choix d’un contraceptif »

Loin d’être une décision légère, choisir sa méthode contraceptive demande une grande responsabilité. Mme Etchu Mary Egbeb, Chargée de la Communication pour le changement de comportements à Women 's Health Project (WHP) te donne des astuces pour faire un bon choix de contraception

Choix du contraceptif, à qui la responsabilité ?

Généralement, la responsabilité du choix d’une méthode contraceptive est du ressort de la fille. C’est elle qui l’utilise, donc c’est son droit de choisir. Sauf que ce choix n’est pas fait de façon anodine. Quand on reçoit une femme en consultation, elle est avant tout briefée sur les cinq principales méthodes proposées dans les centres à savoir : le préservatif, la pilule, l’injectable, l’implant Jadel et le dispositif intra utérin (DUI). Ainsi, on lui présente les méthodes l’une après l’autre, chacune avec ses avantages et ses inconvénients. Ce n’est qu’après cela qu’elle peut faire un choix. Cependant, il faut relever que certaines filles viennent en couple et là, nous demandons également le consentement du conjoint. Dans tous les cas, c’est la fille qui signe la fiche de consentement avant qu’on ne lui donne le contraceptif.

Quels conseils donnez-vous pour faire le bon choix ?

Comme je l’ai dit, il y’a cinq principales méthodes, et chacune de ces méthodes pose un problème de compatibilité avec son utilisatrice. Les conseils que je peux donner sont au cas par cas. Une fille en surpoids par exemple, je ne lui conseillerai pas de choisir une méthode hormonale (pilule, injectable ou implant Jadelle) parce que ces dernières ont tendance à favoriser une prise de poids. Il y’a comme cela plusieurs paramètres qui peuvent influencer le choix d’un contraceptif : le genre d’activité, l’état de santé, la disponibilité, la situation matrimoniale etc. Personnellement, je conseille toujours aux indécises de prendre le Dispositif Intra-utérin, il est moins contraignant et a moins d’effets secondaires que les autres.

Où trouver cette assistance ?

Aujourd’hui, les méthodes contraceptives sont accessibles pour toutes les filles en âge de procréer. Accessibles par leur faible coût et accessibles par la prolifération des centres de référence. Je conseille de se rendre dans les centres PROFAM, qui sont répartis en grand nombre dans les régions du Centre, du Sud, du Littoral et de l’Extrême-Nord. . Pour trouver un Centre près de chez toi, tu peux consulter la liste du réseau ici.

Ngono Vanessa

Etudiante en master II à l'université de Yaoundé I