Covid-19 : Les jeunes entrepreneurs en première ligne de la riposte

Covid-19 : Les jeunes entrepreneurs en première ligne de la riposte

Des applications et autres innovations technologiques ont été développées par des jeunes camerounais et africains pour soutenir les efforts de sensibilisation et de diagnostic sur la pandémie de Covid-19 qui paralyse le monde entier.

Alors qu’une certaine théorie semblait les mettre à l’abri de la pandémie de Corona virus qui sévit actuellement sur toute la planète, les jeunes sont aujourd’hui une composante incontournable dans la lutte contre cette pandémie. A en croire Minette Libom Li Likeng, le ministre des Postes et Télécommunications, les jeunes jouent un rôle important dans la lutte contre la propagation du Coronavirus notamment en ce qui concerne la riposte par le numérique. A ce titre, elle a approuvé le 27 avril dernier lors d’une compétition, une dizaine de solutions aptes à barrer la voie à la pandémie de Covid-19, tout en pensant à l’après pandémie. Il s’agit entre autres de l’application « Health Pass Covid-19 » de la jeune Camerounaise Julie Laure. Celle-ci aborde, via sonapplication, la problématique relative au meilleur mode de transport dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19. Pierre Tchamo, l’un des compétiteurs, a présenté le « Virtual Doctor, Sunshine advisory », un système qui permet de consulter un médecin à distance. Hervé Djia, quant à lui, a exposé sur son projet dénommé « Stay out safe », un outil qui facilite l’entraide sociale en mettant en place un réseau communautaire de travail en toute sécurité.

D’autres initiatives de jeunes Camerounais apportent leurs contributions dans la lutte contre la pandémie. C’est le cas de Cédric Atangana, qui a créé une plateforme dénommée WeCareUp, permettant de réaliser soi-même un pré-diagnostic Covid-19 en moins d’une minute. Une innovation mise à disposition des hôpitaux pour organiser au mieux la prise en charge. « En moins d’une minute, vous pourrez établir un premier pré-diagnostic et être pris en charge rapidement par le centre hospitalier le plus proche de chez vous et, nous l’espérons, très vite en Afrique et dans le reste du monde », confie Cédric Atangana, PDG de WeCashUp. L’objectif est de traiter les patients en un temps record par ordre de priorité et de désengorger les files d’attente les formations sanitaires.

Franklin Nguegang, âgé de 28 ans, a opté pour la cartographie de la pandémie au Cameroun. Basée sur les informations publiées sur le compte Twitter du ministre de la Santé Publique, Malachie Manaouda, « l’application permet de visualiser une carte interactive du Cameroun sur laquelle sont répertoriés les différents cas retrouvés de la maladie et ceci par ville, d’afficher des graphes montrant le taux d'infectés par ville ainsi que des nouveaux cas des derniers jours », explique Franklin Nguegang dans les colonnes du quotidien Le Messager édition du 2 avril 2020.

 La lutte contre la pandémie de Covid-19 ne concerne pas uniquement les jeunes Camerounais. Au Sud-Soudan, Nelson, directeur de programme pour #DefyHateNow et membre d’une organisation communautaire basée au Sud-Soudan, a lancé le collectif #211CHECK. Selon un journal en ligne, Nelson veut, via l’hashtag #COVID19SS, vulgariser les techniques de lutte contre la pandémie de Covid-19.

Du côté de la côte d’Ivoire, le jeune chercheur Ange Bagui, un ivoirien, a, de concert avec son équipe de recherche, développé l’Anticoro, une application permettant de prévenir, de dépister et d'informer les populations sur les faits relatifs au Coronavirus.

Au Burkina Faso, Adama Sy Traoré, un ingénieur de 30 ans, a développé une application mobile d’autodiagnostic et de prévention de la maladie, baptisée DiagnoseMe. La technologie est disponible en français, en dioula et en fulfulde. Il espère grâce à cet outil lutter contre la saturation des structures de santé et aider à la prise en charge des cas suspects. Du même genre, Mohamed Souaré, un jeune entrepreneur guinéen, a développé ‘‘Defender Covid’’, cette application permet d’élargir la sensibilisation sur les modes de préventions de la maladie dans des dialectes nationaux (Soussou, Poular, Malinké, kissi ) et créer une interconnexion entre les centres de dépistage et de prises en charge des malades du COVID-19. L’innovation de cette application c’est de permettre de localiser les appels du numéro court d’urgence.

Des solutions similaires se multiplient de plus en plus sur le continent africain comme dans le monde entier. Car, il faut dire que la pandémie Covid-19 est la première pandémie de l’histoire humaine où les technologies et les réseaux sociaux sont utilisés à très grande échelle.

Ngono Vanessa

Etudiante en master II à l'université de Yaoundé I