Ces 10 jeunes femmes qui marquent l’Afrique

Ces 10 jeunes femmes qui marquent l’Afrique

De la santé à la culture en passant par l’économie et le social, voici  le profil de 10 jeunes femmes africaines qui ont fait parler d’elles sur le continent ces dernières années par leur engagement et leurs actions.

Rebecca Enonchong

Rebecca Enonchong, le numérique au service du développement en Afrique

Adepte du « Yes, we can ! », la « tata nationale » camerounaise comme la surnomment ses 96 800 abonnés sur Twitter, est une véritable idole. Fondatrice de l’entreprise Apps Tech, une société spécialisée dans les logiciels de gestion d’entreprise qui a des clients dans plus de 40 pays dans le monde, Rebecca Enonchong revêt plusieurs autres casquettes. Présidente d’ActivSpaces, l’un des principaux incubateurs de start-up au Cameroun, membre fondateur d’African Business Angel Network, membre d’AfriLabs, un réseau panafricain constitué de plus de 100 centres d’innovation un groupe d’investisseurs qui financent les jeunes entreprises innovantes. Cette diplômée de l’Université catholique d’Amérique, à Washington est un exemple pour la jeune génération d’entrepreneurs pour qui elle investit, non seulement du temps mais aussi de l’argent.

Charlotte Dipanda

Charlotte Dipanda, une belle voix pour un grand cœur

À l’occasion de l’édition 2019 de la Journée internationale des femmes, Charlotte Dipanda endosse le rôle d’ambassadrice de la cause féminine en célébrant l’événement au Gabon aux côtés de plusieurs autres chanteuses africaines, dont l’Ivoirienne Monique Seka, réunies dans le collectif Chœur de femmes. Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO, la chanteuse Camerounaise est aujourd’hui considérée comme l’une des leaders de la nouvelle génération d’artiste en Afrique. Et sans s’arrêter à la notoriété dont elle bénéficie déjà sur le continent, la coach de l’émission de télévision The Voice Afrique francophone, a annoncé le lancement de sa fondation destinée à favoriser la scolarisation des jeunes filles de son pays.

Rainatou Sow

Rainatou Sow veut plus de femme leader en Afrique

Originaire de Guinée, à 36 ans Rainatou Sow  fait partie des femmes qui se battent pour faire respecter les droits des femmes dans le monde. En 2011, elle a fondé Make Every Woman Count, une organisation dirigée par des femmes africaines qui sert de plateforme de mobilisation, de réseautage, d'information, de plaidoyer et de formation pour les femmes africaines en renforçant leurs capacités en leadership. La plateforme via son portail web, réunit des femmes d’Afrique, d’Amérique et d'Europe qui utilisent leurs expériences pour promouvoir les droits et l’autonomisation des femmes et des filles. Pour son action, Rainatou a été récompensée comme la femme la plus inspirante par Women4Africa en 2012 et également nommée la même année parmi les jeunes femmes les plus puissantes en Afrique par le magazine Forbes. 

Josephine Kulea

Josephine Kulea, héroïne des jeunes filles 

En 2014, dans son Discours à la jeunesse à Nairobi, Barack Obama cite Josephine Kulea  comme une personne qui « lui donne de l'espoir ». Pour cause, Josephine Kulea  a pris la résolution ne plus jamais se taire devant une situation de mutilation génitale et de mariage forcé. Depuis le Kenya son pays d’origine, Josephine se consacre à militer pour la protection des filles mineures contre ces deux fléaux. Si Josephine Kulea a choisi de militer pour cette cause, c’est qu’elle-même avait été prédestinée à l’exploitation sexuelle dans son enfance, destin auquel elle échappa de justesse avec la complicité de sa maman. L’un des actes qui ont marqué le début de son combat fut l’arrestation de ses oncles, pratiquants de ces dérives. Fort de ce succès, sa formation d’infirmière va l’amener à fonder la Samburu Girls Foundation (SGF), qui intervient pour empêcher les mariages et les mutilations de filles mineures, puis l’aide à suivre une éducation secondaire. La fondation recueille des jeunes filles tombées enceintes à la suite de viols par des hommes de leur famille, dont les bébés n'ont pas le droit de vivre dans le cadre traditionnel.

Leila Lopez

Leila Lopez, bien plus qu’une reine de beauté

C’est en 2011 que le monde entier va découvrir le visage de Leila Lopez, quand elle est proclamée Miss Univers. Mais aujourd’hui, la jeune angolaise plus qu’être une reine de beauté, est connu pour son combat contre le VIH/Sida et les inégalités. La jeune angolaise a mis son image au service des valeurs positives du continent africain, qui selon elle, regorge d’importantes potentialités qu’il faut valoriser.

Chimamanda Ngozi Adichie

Chimamanda Ngozi Adichie, féministe dans l’âme

Plus de 5 millions de vues en quelques semaines, c’est le record de la vidéo du discours de Chimamanda Ngozi Adichie à TEDxEuston à Londres. Intitulée «Nous devrions tous être des féministes», la vidéo partage ses expériences sur le fait d'être une féministe africaine et ses opinions sur la sexualité et la construction du genre. Depuis, la romancière et auteure nigériane est connue pour sa lutte acharnée pour l'égalité des droits entre les sexes et l'autonomisation des femmes au point où son image est utilisée dans plusieurs mouvements politiques et campagnes contre les violences sexuelles, dont le mouvement #metoo. 

Nomzamo Nxumalo Mbatha

Nomzamo Nxumalo Mbatha, pour une Afrique des droits de l’Homme

Actrice, femme d’affaires et militante des droits de l’homme, Nomzamo Mbatha, 29 ans, est l’une des stars les plus en vue en Afrique notamment, en ce qui concerne son combat pour le respect des droits de l’homme. Partie des publications sur ses pages officielles, elle est aujourd’hui, ambassadrice de bonne volonté du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR). Dans ce rôle,  Nomzamo a déjà visité plusieurs camps de réfugiés dont ceux du Malawi, du Kenya et du Sud Soudan. Pour ce dernier pays, elle a lancé une opération de collecte de fonds pour  la protection des personnes vulnérables, les femmes et les enfants.

Yasmin Belo-Osagie et Afua Osei

Yasmin Belo-Osagie et Afua Osei, relient les jeunes entrepreneures et les investisseurs

Âgées respectivement de 30 et 32 ans, Yasmin Belo-Osagie et Afua Osei n’ont qu’un objectif: voir plus de femmes entrepreneures en Afrique. Pour réaliser cela, les deux jeunes femmes ont lancé She leads Africa, une plateforme panafricaine d’intermédiation entre femmes de talent et investisseurs. Elles espèrent ainsi lever les obstacles d’autonomisation des femmes qui selon elles, sont le manque d’éducation, le manque de financement, les stéréotypes. Parallèlement, elles organisent des évènements à l’échelle internationale pour permettre aux entrepreneures africaines de se former et de trouver des financements et partenaires pour leurs entreprises.

Lorna Rutto

Lorna Rutto, sauvons la planète !

Lorna Rutto veut laisser un monde meilleur aux générations futures. Pour cela, la kenyanne s’est investie dans la protection de l’environnement et le développement durable.  Lorna  a lancé une startup qu’elle a baptisée Ecopost dont la vision est de transformer les déchets de l’Afrique pour en faire de la richesse. L’entreprise convertit du plastique usagé en bois synthétique, résistant, facile à utiliser et respectueux de l’environnement, une alternative écologique au bois véritable plus polluant. Pour cette invention, la jeune femme a déjà reçu plusieurs distinctions. Aujourd’hui, son ambition est de faire connaitre son produit sur tout le continent.

Ezeugo DOUGLAS LILIAN

Ezeugo DOUGLAS LILIAN, veut plus de femme dans la tech

She Secures se définit comme l’organisme qui réunira la future génération de femmes Africaines dans le secteur du Système d’Informations et de la cyber-sécurité. She Secures agit activement pour construire une communauté de femmes africaines dans le but de combler le gap du genre dans la cyber-sécurité. L’organisation est en train de changer la perception que le monde a de l’Afrique en matière de Système d’Information, par la formation et la sensibilisation, le partage d’expériences, le mentorat et le transfert de compétences.

Ngono Vanessa

Etudiante en master II à l'université de Yaoundé I