Règles douloureuses : Normales ou anormales ?

Règles douloureuses : Normales ou anormales ?

Les menstruations chez la jeune fille est un phénomène naturel. Parfois accompagné de douleurs au niveau du pelvis, les règles douloureuses sont souvent causées par un mécanisme naturel, mais peuvent aussi être provoquées par des IST.

Les règles douloureuses encore appelées dysménorrhées sont constituées de douleurs à type de crampes au niveau de la zone pelvienne en rapport avec l’écoulement du sang dû à la menstruation.

Ce phénomène est normal lorsqu’il est physiologique. Ce dernier est lié au mécanisme qui régit les règles au niveau de l’utérus et du col. D’où l’émission de sang correspondant à la muqueuse utérine non fécondée au terme d’un cycle ovulatoire. Cependant, les règles douloureuses peuvent être les manifestations des agressions infectieuses sur les organes génitaux internes ou de certaines maladies gynécologiques comme l’endométriose.

Dans les deux cas, il y a un impact important sur la qualité de vie, surtout pour celles chez qui la douleur est sévère ceci peut être calmé partiellement par des médicaments prescrits par un médecin gynécologue. La dysménorrhée secondaire étant une séquelle d’une pathologie infectieuse pour la plupart, elle peut être à l’origine des infertilités féminines. Toutefois, les jeunes filles ne sont pas prédisposées aux règles douloureuses car la dysménorrhée primaire ou physiologique n'est pas héréditaire. Par contre, la dysménorrhée secondaire qui est causée par des infections sexuellement transmissibles, non ou mal traitées est plus dangereuse.

La prise des médicaments tels que l’Ibuprofène ou le Paracétamol peut calmer les douleurs dues aux menstruations. Mais, ils n'ont pas le même effet chez toutes les femmes car, certaines personnes peuvent développer des résistances à certains médicaments. Seul le gynécologue peut prescrire le médicament adéquat pour calmer efficacement la douleur de la dysménorrhée. Il est donc important pour la jeune fille de consulter un médecin afin de catégoriser la dysménorrhée car, le traitement diffère en fonction de la sévérité du cas diagnostiqué et des antécédents cliniques de la patiente.

Par Rachel BELEK avec l’aide du Dr EBUDE MARIE, gynécologue à l’Hôpital de DJOUNGOLO-OLEMBE

BELEK Rachel

Étudiante en L2 Droit privé à l’université de Yaoundé II Soa et reporter pigiste dans le magazine 100% jeune