Journée mondiale du cœur : « Je suis jeune, je ne blague pas avec mon cœur »

Journée mondiale du cœur : «  Je suis jeune, je ne blague pas avec mon cœur »

La journée mondiale du cœur célébrée tous les 29 septembre dans le monde entier est là pour  nous rappeler que sans cœur il n’y a pas de vie…

Le cœur est comme un moteur sans lequel la voiture ne peut pas fonctionner. C’est pourquoi, il n’y a pas de vie sans cœur. Plus de 100 pays dans de monde entier y compris le Cameroun consacre la journée du 29 septembre « journée mondiale du cœur » pour sensibiliser les personnes dans l’adoption des comportements sains.

Un récent constat préoccupant fait montre que de plus en plus de jeunes sont victimes de maladies cardiovasculaires. Au Cameroun, plus de 17000 hypertendus décèdent par an. Les statistiques de la société camerounaise de cardiologie sont inquiétantes car plus de 24% de décès suite aux AVC sont enregistrés et 18% de cas de morts subites s’en suivent.

En prévention à cette maladie, la société camerounaise de cardiologie avait organisé lors des dernières éditions du 24 au 28 septembre  de 2015, « 10km du cœur » dans les villes de Douala, Yaoundé, Garoua et Nkongsamba. Au sorti de cette marche de 10km, le Dr. Daniel Ekollo, présent à cet effet souligne que : « A travers une marche de 5000 pas par jour on enregistre une baisse de la tension allant de 10 à 20mm de mercure ».

Comment aider une victime d’arrêt cardiaque

Selon le guide pratique de la Croix Rouge, lorsqu’une personne est victime d’un arrêt cardiaque il est adéquat de pratiquer un massage cardiaque. Pour ce faire, il faut :

 - Placer la victime sur un plan dur ou à terre.

- S’agenouiller au côté de la victime et placer le talon d’une de tes mains au milieu de sa poitrine nue et l’autre au-dessus de la première main. Le bras tendu verticalement au-dessus de la victime, enfonce le sternum de 5 à 6cm

-Relâcher la pression à chaque fois afin de permettre au sang de revenir vers le cœur. - Répèter la manœuvre 30 fois puis pratique deux insufflations par la technique du « bouche à bouche » en basculant la tête de la victime en avant. Le menton levé, pince les narines et insuffle l’air pendant une seconde puis repositionne correctement tes mains et pratique 30 nouvelles compressions thoraciques.

BELEK Rachel

Étudiante en L2 Droit privé à l’université de Yaoundé II Soa et reporter pigiste dans le magazine 100% jeune